Getting Unstuck – Europe creative

Conférence de presse Getting Unstuck

 

Télécharger le dossier de presse Getting Unstuck

Télécharger le programme de la conférence de presse Getting Unstuck

 

PRÉSENTATION DU PROJET

Projet européen – programme Europe Créative (2014-2021).

Durée : 2 ans

Partenaires européens : l’University of Applied Sciences de Turku (Finlande), Comedia Theatre de Cologne (Allemagne) et Innocamp PL de Gdansk (Pologne).
Partenaires associés : Sxedia Stin Poli de Thessalonique (Grèce) et Theatre Day Productions (Palestine).
Partenaires artistiques : l’Orchestre Régional de Normandie, la compagnie Le Ballon Vert et l’OMEDOC (l’Orchestre de Musique Expérimentale du DOC).

Getting Unstuck est une expérience de coopération transnationale associant des partenaires européens et territoriaux. Ce projet a pour ambition de participer à l’élaboration du renouvellement du récit sur les migrations en Europe et sur une identité européenne plurielle, dans une dynamique de partage et de transmission des compétences.

Les partenaires engageront une réflexion sur l’accueil et l’intégration sociale des réfugié·e·s et migrant·e·s à l’échelle européenne, en créant un modèle favorisant l’intégration et l’émancipation des personnes en situation de migration à travers l’art, de manière globale sur le territoire européen.

L’enjeu pour chaque pays partenaire va être de créer une œuvre artistique propre à partir de l’œuvre In C de Terry Riley et des collectes de paroles réalisées sur chacun des territoires, en intégrant des personnes en situation de migration dans le processus direct de création.

Le développement du projet consistera à l’élaboration d’un processus de collaboration à travers des ateliers, des rencontres, des résidences, des workshops, entre les partenaires et diverses organisations artistiques, sociales, universitaires et à la mise en œuvre d’une méthodologie d’insertion par l’art des personnes en situations de migration.

La Renaissance s’est associée à trois partenaires culturels de son territoire pour créer le projet In C : l’OMEDOC (l’Orchestre de Musique Expérimentale du DOC), l’Orchestre Régional de Normandie et la compagnie Le Ballon Vert.

Deux projets Jumelages résidence d’artistes avec Le Carré International, l’Université de Caen et le lycée Jules Verne, vont venir nourrir ce projet sur notre territoire et nous permettre d’inclure des étudiant·e·s et des lycéen·ne·s dans cette aventure européenne qui durera deux ans !

 

 

 

(Le soutien de la Commission européenne à la production de cette publication ne constitue pas une approbation du contenu, qui reflète uniquement le point de vue des auteurs, et la Commission ne peut pas être tenue responsable de toute utilisation qui pourrait être faite des informations qu’elle contient) .

 

 

INTERVIEW – Adam Jagiełło Rusiłowski

Adam Jagiełło Rusiłowski (Innocamp PL – partenaire polonais du projet) a organisé le bootcamp. Mais qui se cache derrière cette personne joviale et savante ?

Bonjour Adam, peux-tu nous parler un peu de toi. Qui es-tu ?

Je suis un innovateur social, entrepreneur, fellow Ashoka. Telle est mon identité principale, même si j’ai tendance à porter de nombreux chapeaux liés à l’initiation d’un changement éducatif, et à l’aide apportée aux gens afin d’utiliser leur créativité pour se libérer de tout ce qui restreint leur dignité, leur bien-être et leur épanouissement. Je suis un homme blanc privilégié qui s’est émancipé d’une famille de la classe ouvrière dans une petite ville du nord de la Pologne, a fait ses études dans de prestigieuses institutions en Pologne, aux États-Unis (Columbia University) et en France (INSEAD Business Academy). J’ai obtenu un doctorat en psychopédagogie et travaillé pendant quelques années en tant que cadre supérieur dans l’éducation et créateur de tendances pour la formation et le travail avec des jeunes basé sur la créativité, en Pologne et au-delà.

Je suis marié et heureux. Nous avons deux chiens de chasse polonais mais nous ne soutenons pas la chasse. C’est ainsi que je me vois – qui je suis…

Que fais-tu professionnellement ?

Je suis un éducateur. Je mets en place un environnement pour des communautés d’apprentissage parce que je crois que l’éducation durable est l’outil le plus puissant pour le changement personnel et systémique. Je me spécialise dans les approches stimulant l’apprentissage par la créativité collaborative et la recherche appréciative. J’utilise beaucoup le théâtre, en particulier l’improvisation.

Je travaille principalement pour les universités. Je suis basé à l’Université de Gdansk mais j’enseigne également en tant que professeur invité en Finlande, au Portugal, en Indonésie et au Kazakhstan. Outre la formation de futurs éducateurs et acteurs du changement, je dirige des projets de recherche et d’innovation pour rendre l’apprentissage plus inclusif et co-conçu par les étudiants. Je publie également des articles sur la recherche en pédagogie de l’innovation mais ce n’est pas l’élément le plus passionnant de ma vie professionnelle…

Pourquoi travailles-tu sur des projets avec des migrants? Quelles sont tes motivations personnelles?

Quand j’avais 16 ans, un camarade de classe a fait un rapport sur moi à la milice du régime communiste. J’avais pris l’habitude de pirater des cabines téléphoniques publiques et de parler de longues heures gratuitement à mes correspondants au Royaume-Uni et aux États-Unis. J’étais responsable du soi-disant « parlement des jeunes militants », mais au lieu de servir la propagande communiste, j’ai organisé des lectures clandestines, des projections de films, des représentations théâtrales alternatives. Lorsque j’ai été élu pour représenter la Pologne dans un camp de consolidation de la paix en France, mon passeport (qui avait déjà le visa français) a été « bloqué » au siège de la police secrète locale. J’étais furieux de me voir refuser le droit de voyager. J’avais désespérément envie de m’enfuir en traversant le “rideau de fer”. Mais un an plus tard, les choses ont changé et les frontières de l’Europe se sont ouvertes. J’ai commencé à beaucoup voyager, et à faire le ménage ou la plonge au noir l’été. C’est ainsi que j’ai rencontré de nombreux migrants clandestins (principalement aux Pays-Bas). J’ai beaucoup appris d’eux sur la résilience et l’engagement de la diversité. Je sais que partager quelques mois de ma vie avec eux m’a évité de devenir un yuppie polonais typique lorsque j’ai commencé à gagner chaque mois ce que mes deux parents n’avaient jamais gagné de leur vie.

Je pense que le droit de migrer est un droit humain fondamental. Nous ne devrions pas être moins libres que les oiseaux qui volent sur de longues distances en troupeaux pour survivre ou se reproduire. Je trouve ma motivation à chaque fois que j’entends comment les migrants sont traités par des trafiquants, présentés comme un problème par les politiciens et se voient refuser la dignité humaine fondamentale par des hôtes sur-privilégiés en Europe, en particulier ici en Pologne. Je ne suis pas en accord avec les arguments pseudo « patriotiques » selon lesquels nous avons suffisamment de Polonais dans le besoin et aidons déjà des milliers d’Ukrainiens. Des millions de Polonais ont émigré pour toutes sortes de raisons, certains d’entre eux ont été maltraités et humiliés, mais la plupart sont restés dans d’autres pays de leur plein gré. Parce qu’ils ont choisi une vie d’opportunités : si ce n’est pour eux-mêmes alors pour leurs proches. Personne ne devrait les juger.

Dans les projets que j’ai pu initier ou sur lesquels j’ai travaillé, les migrants avaient l’opportunité de vivre pleinement la créativité collaborative, de reconstruire ou de renforcer leur résilience, d’agir en tant qu’égaux avec les hôtes, de trouver un espace et de contribuer à une nouvelle culture avec leur diversité. Ces projets ont aidé les hôtes à comprendre à quel point cette diversité engageante est importante pour l’innovation et le progrès humain. Je crois fermement que les migrants nous HUMANISENT, nous aident à apprécier et à utiliser nos ressources privilégiées pour une vie heureuse et durable au lieu de défendre des positions égoïstes, cupides et non écologiques d’un avantage sur les moins privilégiés.

Quelles sont les spécificités du bootcamp que tu organises?

Inno-camps, bootcamps, hackathons, dramathons, mockathons – ce sont des formes d’apprentissage motivées par une compréhension commune d’un défi urgent. J’insiste sur le concept d’un défi comme une invitation à rêver, initier une utopie et une opportunité d’être créatif plutôt qu’un PROBLÈME qui doit être résolu, arrêté, évité. Tous les participants travaillent sur un pied d’égalité et se concentrent sur le processus de collaboration. Ils entrent dans un dialogue unique. Chaque fois qu’un individu ou un groupe propose une idée, le reste essaie de l’explorer et de la développer, de dire « OUI ET… » comme dans une bonne improvisation. Les participants sont lancés dans une odyssée rapide pour rentrer chez eux enrichis de créativité et de résilience.

La première chose à apprendre est de s’écouter et d’être ludique, la seconde est d’abandonner la tentation de trouver la meilleure solution (compétitive) qui « résoudrait le problème ». « Camping », c’est profiter de la zone de confort et d’inspiration mais, plus important encore, se préparer à devenir un véritable acteur du changement – un combattant moderne avec une culture du «copier / coller», un esprit d’équipe prêt à rejoindre une équipe dans la quête d’une manière innovante d’engager les gens à mener une vie meilleure. Ma forme préférée est le mockathon parce que l’objectif est de rire autant que possible et d’apprendre en se moquant de nous-mêmes, en plaisantant et en prenant de la distance avec les hypothèses et les pressions courantes. L’humour devient la plus haute forme d’intelligence et la manière d’être ENSEMBLE. La communauté ainsi construite est capable d’un travail vraiment créatif, les participants sont prêts à prendre des risques élevés car ils se sentent absolument en sécurité les uns avec les autres. Ce n’est qu’alors qu’ils pourront partager et tester de nouvelles idées, offrir des commentaires qui motivent vraiment les innovateurs.

Comment penses-tu que le bootcamp et le projet Getting Unstuck peuvent aider les équipes artistiques qui travaillent avec des migrants et les migrants eux-même?

Dès notre premier bootcamp, il était clair qu’il s’agissait d’une forme de collaboration très conviviale pour les artistes et les pédagogues. Nous avons construit suffisamment de confiance pour admettre que nous sommes tous « coincés », personne n’a de solution miracle pour travailler avec les migrants, mais en tant qu’artistes et pédagogues, nous sommes forts en étant sur une même longueur d’ondes, partageant des valeurs et des principes directeurs pour l’interaction avec les migrants. Nous croyons en une pédagogie et un art de la libération et nous sommes tous prêts à prendre des risques, en nous sentant en sécurité avec notre sensibilité et notre solidarité communes. La méthodologie Bootcamp permet à tous les participants de faire l’expérience du « flux », en se concentrant sur les processus créatifs, en vivant l’utopie de l’art, en « suspendant l’incrédulité » et le cynisme. Dans la vie de tous les jours, nous restons « coincés » parce que nous sentons que notre sensibilité et notre professionnalisme n’ont aucun impact contre la majorité qui vote pour des valeurs opposées. Nous restons « coincés » PARCE QUE nous nous sentons insignifiants et menacés par la tyrannie du conformisme traditionnel.

L’Europe a besoin de nous car elle a plus besoin d’innovation sociale que du confort d’une majorité qui a raison. Lorsque nous partagerons nos ressources, notre sagesse et notre expérience, nous serons en mesure de développer des pratiques innovantes pour nous entraider. Les bootcamps montrent tout ce que nous avons à nous offrir sans partir du principe de la supériorité d’aucun partenaire, des Européens (occidentaux) sur les nouveaux arrivants, des artistes sur les pédagogues et vice versa. Ce renoncement à toute domination est devenu notre ESPOIR, le fil conducteur dans l’élaboration du matériel artistique, la co-conception des ateliers avec les migrants et les performances interactives. La prise de conscience du bootcamp que notre rôle est d’ACCOMPAGNER les migrants pour ne pas RÉSOUDRE de problèmes pour eux est vraiment LIBÉRANTE et responsabilisante. Le projet Getting Unstuck consiste à utiliser des outils artistiques tels que la narration, le jeu de rôle, les objets, les sons, le mouvement pour vivre quelque chose d’unique ensemble en tant que communauté d’égal à égal et le chérir pour notre bien-être en tant qu’humains qui ont le privilège de vivre en Europe. Nous ne devrions pas promettre aux migrants ou à nous-mêmes autre chose que l’expérience stimulante de la créativité collaborative. Vendre de l’espoir bon marché par des artistes serait le pire crime.